Le thé vert fait maigrir : Faux ou vrai?

Le thé vert c’est presque la panacée universelle si on en croit les vendeurs… et pas mal de scientifiques. Il parait même qu’il fait maigrir. Alors, info ou intox ? Le thé vert fait maigrir : Faux ou vrai ? Et bien un peu des deux en fait.

Thé noir, vert, blanc…quelle différence ?

Il existe près de 3000 variétés de thé, toutes issues de la même plante. Le thé, qu’il soit vert, noir, blanc ou Oolong est avant tout la feuille d’un arbrisseau : le camélia sinensis ou camélia de Chine.

Ce différencie tous ces types de thé ce n’est pas le type de plante sur laquelle ils poussent, c’est la façon dont ces feuilles sont traitées après récolte. Pour faire simple :

  • Vert : Les feuilles du théier sont séchées à l’air (on dit aussi flétries), puis torréfiées quelques minutes, avant d’être séchées mécaniquement.
  • Blanc : Il s’agit des bourgeons et des jeunes pousses du théier, récoltés au printemps.Il est simplement séché.
  • Noir : les feuilles de thé sont flétries, puis roulées, avant de subir une fermentation dans une pièce chaude, et enfin séchée puis réduites en petits morceaux.
  • Oolong : les feuilles de thé subissent un traitement à mi chemin du thé vert et du thé noir : une fermentation partielle. On l’appelle aussi thé bleu-vert.

Le thé vert est le thé le plus consommé au Japon, mais dans le reste du monde c’est le thé noir qui a le plus la côte. À tord si on en croit les études qui se multiplient sur les bienfaits santé et minceur du thé vert.

Pourquoi le thé vert est le meilleur ?

De tous les thés, le thé vert est celui qui a le meilleur profil santé, et de loin. Les études se multiplient à ce sujet et elles sont sans appel.

De par son traitement extrêmement succinct, la feuille de thé vert garde ses propriétés naturelles et ses composants intacts.

C’est à dire :

  • Caféine (on dit aussi théine)
  • Flavonoïdes antioxydants : catéchines, dont l’épigallocatéchine-gallate (EGCG)
  • Vitamines : C surtout mais aussi A, B, B2, K et PP
  • Oligoéléments : manganèse, sélénium, zinc, magnésium

Le thé vert peut se consommer par infusion des feuilles entières à une température entre 70 et 80 degrés.

Il peut aussi être consommé entier, c’est à dire sous forme de poudre. C’est ce que les japonais appellent le thé matcha. C’est la meilleure façon de profiter des bienfaits du thé vert puisque la feuille est entièrement avalée.

Bien sûr, le goût particulier du matcha peut rebuter ceux qui ne sont pas fan de son côté ‘verdure’, mais ses bienfaits sont si concentrés que cela vaut le coup d’essayer. De plus, le matcha est réputé donner de l’énergie comme le café, mais sur la durée et sans énerver.

Oui le thé vert fait maigrir

Le thé vert semble avoir un impact réel sur le métabolisme : il le booste. À l’oeuvre, la caféine et l’EGCG.

D’après une méta analyse ayant synthétisé un grand nombre de recherches menées sur l’effet du thé vert sur les sujets humains, le thé vert Le thé vert fait maigrir. Il a des effets bénéfiques sur la gestion du poids, le contrôle de la glycémie et les facteurs de risque cardio-vasculaires. (1)

Plus précisément, le thé vert semble :

  • Réduire l’absorption des glucides : D’après une étude de 2015, absorber 4 grammes d’extrait de thé vert réduirait en même temps qu’un repas de 30% l’absorption de l’amidon. (2)
  • Brûler du gras : plusieurs études ont démontré que le thé vert et ses principes actifs favorisaient l’oxydation des graisse de manière plus ou moins intense. Une méta analyse a conclu de toutes ces recherches qu’une tasse de thé vert permettait de brûler environ 5,7 grammes de graisse corporelle. (3)
  • Lutter contre le mauvais cholestérol : Il semble que le thé vert permette de rééquilibrer les taux de mauvais et de bon cholestérol. Ainsi selon une étude brésilienne, le thé vert peut faire baisser le mauvais cholestérol LDL (4)
  • Améliorer la sensibilité à l’insuline : Selon une autre étude, un extrait de thé vert riche en EGCG peut améliorer la tolérance au glucose et la sensibilité à l’insuline chez les personnes en bonne santé (5)

Mais pas tant que ça.

Certes le thé vert fait maigrir… au début. Mais tout comme ceux du café, il semble que les effets minceur du thé vert soient de courte durée.

Oui, un effet d’accoutumance à la caféine du thé vert, comme à celle du café existe. Les deux stimulent la perte de poids chez les personnes qui ne sont pas habituées à en consommer. Malheureusement,après plusieurs semaines, l’effet brûle graisse disparait.

Que cela ne vous détourne pas du thé vert pour autant. En effet, il regorge de bienfaits santé qui s’ajoutent à sa capacité à faire perdre du poids, et justifient de continuer à en consommer toute l’année.

Le thé vert est :

  • Anti stress
  • Anti acné
  • Protège les gencives
  • Bon pour le cœur
  • Stimule la circulation sanguine
  • Protège la peau des méfaits du soleil…

La science a prouvé toutes ces assertions sur les effets minceur du thé .

Alors même si l’effet minceur du thé vert s’estompe avec le temps vous avez toujours un intérêt à en consommer au quotidien, ne serait ce que pour tous les bienfaits qu’il peut apporter à votre organisme.

Sinon, pour continuer à maigrir avec le thé vert, il suffit d’arrêter de consommer des boissons riches en caféine pendant quelques semaines histoire de déshabituer son organisme. Après cette cure de ‘désintox’, le corps sera de nouveau réceptif à l’effet brûle graisse du thé vert pendant quelques semaines.

 

Références :
  1. The potential role of green tea catechins in the prevention of the metabolic syndrome – A review. Phytochemistry, 2009.
  2. Green tea extract decreases starch digestion and absorption from a test meal in humans: a randomized, placebo-controlled crossover study. Scientific reports 2015.
  3. The effects of catechin rich teas and caffeine on energy expenditure and fat oxidation: a meta-analysis. Obesity review, 2011.
  4. Prospective double-blind crossover study of Camellia sinensis (green tea) in dyslipidemias. Arquivos brasileiros de cardiologia, 2009.
  5. Green tea extract ingestion, fat oxidation, and glucose tolerance in healthy humans. American Journal of clinica nutrition, 2009.