le kelp pour maigrir plus rapidement

Le kelp pour maigrir plus rapidement

Ingrédient incontournable des nouvelles tendances de la minceur, le kelp est encore inconnu pour beaucoup. Ce serait dommage d’en rester là car vous pouvez utiliser le kelp pour maigrir plus rapidement et améliorer votre santé en bonus !

C’est quoi le kelp ?

Kelp, kelp, kelp… kézaco ? Cet ingrédient miracle qui fait beaucoup parler de lui dans le monde de la nutrition et du bien-être n’est autre que notre bon vieux varech, celui qui étale ses longs bras vésiculeux sur les plages de Bretagne.

Il s’agit donc d’une algues brunes qui porte le nom savant de varech vésiculeux ou Fucus vesiculosus.
Cette algue géante pousse un peu partout sous la surface des océans de la planète, notamment sur les côtes atlantiques, mais aussi jusqu’au pacifique, ou plus au froid dans la mer du Nord et la Baltique. Autant dire qu’on ne risque pas la pénurie.

Depuis toujours les femmes des peuples vivant sur le littoral où poussent ces algues les utilisent pour traiter leur cellulite. Elles sont d’ailleurs utilisées comme ingrédient de base des enveloppement à base d’algue dans les centres de thalassothérapie.

21 ALIMENTS POUR UN VENTRE PLAT

Notre Guide Gratuit Indispensable est Maintenant Disponible Pendant Un Temps Limité

  • Mincir avec des repas délicieux et savoureux dès ce soir en saisissant votre adresse email ci-dessous
  • Accèdez immédiatement cet ebook et commencez à maigrir sans aucun engagement!

En effet le kelp est extrêmement riche en oligo éléments :

  • iode
  • calcium
  • fer
  • magnésium
  • fluor
  • potassium
  • phosphore

Quand le corps est recouvert de crème d’algue et enveloppé dans une couverture chaude cette concentration en éléments minéraux favorise l’élimination des toxines au niveau de la peau, et stimule la circulation sanguine.

En traversant la barrière cutanée, ces oligo-éléments viennent aussi rebooster l’organisme.

Le kelp contre l’hypothyroïdie

Si le kelp peut rebooster l’organisme c’est parce que cette algue est riche en iode, un oligo-élément indispensable au bon fonctionnement de la thyroïde. Il en contient 600 µg/g et c’est d’ailleurs grâce à cette algue brune que l’iode a été découvert en 1750.

L’iode stimule le fonctionnement de la thyroïde et la production d’hormones thyroïdiennes. Ce sont ces hormones qui assurent la bon fonctionnement de notre chaudière interne, celle qui brûle des calories au repos pour assurer les fonctions vitales et la récupération : notre métabolisme.

Une thyroïde trop paresseuse c’est un métabolisme lent qui ne brûle pas assez de calories. Frilosité, fatigue inexpliquée et prise de poids sont des signes qui peuvent faire soupçonner une hypothyroïdie.

Si souffrez d’une légère hypothyroïdie, essayez de vous soigner avec du kelp avant de passer aux médicaments.

Le kelp anti gras

Le varech peut être utilisé pour éliminer plus facilement la graisse corporelle, mais aussi pour limiter l’absorption des lipides issus de l’alimentation :

Un des composants du kelp, le caroténoïde fucoxanthine, stimule l’augmentation de la température corporelle et l’oxydation des graisses au niveau abdominal. C’est ainsi que le varech peut aider à perdre de la graisse abdominale.

Mais en plus d’aider à brûler la graisse existante, le kelp freine l’apparition des graisses corporelles.
Ainsi, le fucoïdane, un polysaccharide présent dans le kelp, a, d’après une étude, la particularité d’inhiber en partie l’activité d’un gène à l’origine de la formation des cellules adipeuses. (1) Résultat, le kelp permet de limiter la formation des graisses sous cutanées.

D’autre part, ses composants stars les alginates et la laminarine forment une sorte de gel, qui réduit l’absorption des lipides au niveau digestif.
Selon une étude américaine, l’alginate inhibe en partie l’activité d’une enzyme dédiée à l’assimilation des lipides, ce qui permet de limiter la prise de poids due à la consommation d’aliments trop gras.

L’alginate a également un effet coupe faim très efficace et sans danger : ce polysaccharide se gonfle d’eau et prend de la place dans l’estomac ce qui augmente nettement la sensation de satiété.

Le kelp anti sucres

Autres caractéristiques minceur du varech ou kelp, il réduit aussi l’assimilation des sucres contenus dans ce que vous mangez.
Ainsi, en prenant 500mg de varech une demi heure avant le repas, on booste la sensibilité à l’insuline, ce qui permet de faire baisser la glycémie, même après avoir absorbé des aliments à index glycémique élevé.
Cela a été prouvé par une étude de 2011, avec une dose de 500mg de poudre de kelp par jour. (2)

Comment utiliser le kelp pour mincir

Alors comment utiliser le kelp pour maigrir plus rapidement ? On l’a vu, le dosage de 500mg peut être efficace pour réduire la glycémie après un repas riche en glucides, mais ce n’est pas un dosage que vous devez utiliser régulièrement.

En effet, à force de trop stimuler la thyroïde vous risquez de la dérégler. Résultat un risque d’hyperthyroïdie, une pathologie dangereuse pour le cœur, voire un risque d’hypothyroïdie.

Le dosage acceptable pour une consommation régulière est de 100 à 250 mg de poudre de kelp, à consommer impérativement avec un grand verre d’eau une demi heure avant le repas.

Pour un effet anti cellulite, l’enveloppement au kelp se fait en mélangeant la poudre d’algue à de l’eau afin d’obtenir une pâte à étaler sur les zones à traiter. Il reste à envelopper les zones dans du cellophane puis à se mettre sous une couverture pour laisser les principes actifs des algues agir en profondeur.
Pour vous y retrouver dans les nombreuses dénominations que vous croiserez sur internet, et comme « kelp » est le terme anglais que vous ne retrouverez pas partout, sachez que les termes suivants recouvrent le même produit :

  • kelp
  • varech vésiculeux
  • fucus
  • fucus vesiculosis
  • chêne marin

 

  1.  Inhibitory effects of Fucoidan in 3T3-L1 adipocyte differentiation. Marine Biotechnolgy, 2009
  2.  A randomised crossover placebo-controlled trial investigating the effect of brown seaweed (Ascophyllum nodosum and Fucus vesiculosus) on postchallenge plasma glucose and insulin levels in men and women. Applied physiology, nutrition and metabolism, 2011.